MOT DU CONCEPTEUR-RÉALISATEUR, RICHARD LECLERC

Cela fait maintenant près de trois ans que j'ai rencontré le Dr Jacques Besson et sa fille Christine, président et secrétaire d'ADVIN, l'Association des victimes d'infections nosocomiales. Dès ce moment, j'ai été fort surpris d'apprendre que chaque année au Québec, 90 000 personnes contractent des infections en allant se faire soigner, mais surtout que 4 000 en meurent!

Moi qui ai conçu et réalisé plein de campagnes de prévention pour la Société de l'assurance automobile du Québec entre 1992 et 2002, tentant de faire diminuer chaque année le nombre d'accidents graves sur nos routes et le nombre de décès, chiffres dont les médias parlent abondamment, je ne comprenais pas pourquoi il n'en va pas de même pour les victimes d'infections nosocomiales.

Ma première mission a été de trouver le nom du site lavetesmains.net, sur lequel on trouve plein d'arguments pour encourager les gens à se laver les mains, à l'hôpital comme dans la vie de tous les jours.
Mariloup Wolfe et Guillaume Lemay-Thivierge ont pris 
goût au jeu et ont distribué des poignées de main 
pendant près d'une heure. Photo : Nicolas Veilleux.
Pour faire découvrir ce site, j'ai conçu l'événement (g)ouache, une activité où des artistes et des visiteurs de rassemblements populaires, comme des expositions ou des festivals, sont invités à mettre leur main dans la gouache, à laisser leur marque sur un papier puis à se laver les mains pendant au moins 60 secondes, temps recommandé pour bien les nettoyer. Plus de 100 000 personnes ont vécu cette expérience à Montréal, Québec, Sherbrooke, Saint-Hyacinthe, Saint-Jean-sur- Richelieu, Cowansville, Sutton et Brome. L'activité a également été reprise dans des centres de santé à travers le Québec, à l'école Arc-en-ciel de Montréal et même à l'Université Senghor, Alexandrie, en Égypte, ainsi qu'au Pérou!



Katherine Granger et Richard Leclerc.
Photo : Julien Archambault-Leclerc
Cet été, Christine Besson m'a demandé de créer un scénario qui ferait ressortir ce chiffre inimaginable de 4000 décès par année, en comparaison au 436 victimes d'accidents mortels en 2012. D'où ce clip qui souhaite démontrer que des mesures sévères et efficaces ont été prises sur les routes, mais pas dans les hôpitaux.

Espérons maintenant que des milliers, que dis-je, que des dizaines de milliers de personnes regarderont ce clip et le partageront avec leurs contacts. Surtout que ça pourrait arriver à des proches, voire même vous arriver...

Je tiens à remercier le Dr Besson et sa fille Christine pour la confiance toujours renouvelée, ainsi que tous les collaborateurs associés à la production de ce clip.