CHSLD DE SAINT-LAMBERT-SUR-LE-GOLF : MOINS DE 1 % D'INFECTIONS NOSOCOMIALES, OUI C'EST POSSIBLE!

La prévention des infections nosocomiales au CHSLD de Saint-Lambert-sur-le-Golf : UNE PRIORITÉ POUR TOUS
Par Larry Castonguay, infirmier clinicien, Contrôle et Prévention des Infections, CGR,CSP

Les employés du CHSLD de Saint-Lambert-sur-le-Golf à Saint-Lambert, soucieux de la qualité et de la sécurité des services n'arrivent et ne quittent jamais le centre en uniforme. De plus, tous reconnaissent les risques de transmission reliés au port de bagues, de vernis et de faux-ongles et de ce fait se l'interdisent. Notre taux d’infections nosocomiales est de moins de 1%. C’est ainsi  que nous contribuons au bien-être de tous et chacun.

ARGUMENTAIRES:
L'uniforme des soignants et contamination...
Une étude faite dans un hôpital universitaire américain, sur le mode de transmission de bactéries par les vêtements a été faite afin d’évaluer le rôle de la contamination de l’environnement sur les vêtements, des prélèvements au niveau des mains, des blouses et des gants ont été effectués. Plusieurs prélèvements ont aussi été faits dans l’environnement d’un patient porteur de microbes pathogènes  sur des bords de lit, poignée de portes, lavabo, sol,  etc.

Les résultats ont démontré que les interactions entre le personnel soignant et le patient porteur entrainent une contamination des gants et des blouses et que les facteurs de risques de transmission sont très élevés, puisqu’il ne faut qu’une présence d’un peu plus de 5 minutes avec l’environnement pour devenir soi-même porteur.
Lorsque l’employé d’un centre de santé (CHSLD, Centre hospitalier...) quitte son milieu de travail avec ses vêtements contaminés, il  augmente les risques de transmissions pour tous, incluant sa propre famille, dès qu’il se trouve à l'extérieur.

D'autres études qui en disent long...
• Le port d'anneau associé à :
·         des comptages d’UFC en moyenne 10 fois plus élevés avec des Staphylococcus aureus, des bacilles gram négatifs comme le Escherichia coli  ou un champignon comme le Candida albicans
·         Un risque de contamination plus important à mesure que le nombre d'anneaux portés augmente :
Ø  Une bague : risque multiplié par 2.6
Ø   Plus d'une bague : risque multiplié par 4.6.

Trick WE, Vernon MO, Hayes RA, Nathan C, Rice TW, Peterson BJ, et al.. Clin Infect Dis 2003 ;36(11):1383-90.

Des épidémies ont été associées à des écarts quant aux recommandations relatives aux ongles longs et/ou portant des décorations ou du vernis.

• En août 1998, infection endémique à Klebsiella pneumoniae résistant parmi des enfants en bas âge dans une unité néonatale de soins intensifs.
• Une colonisation ou une infection avec du Klebsiella pneumoniae résistant a été identifiée chez six enfants en bas âge.
• Les cultures des mains de 6% desmembres du personnel soignant étaient positives avec présence de Klebsiella pneumoniae résistant.
• Le port de faux ongles ou de décorations d'ongles étaient les deux facteurs de risque pour la colonisation des mains (P=0.03)
Gupta A, Della-Latta P, Todd B, San Gabriel P, Haas J, Wu F, et al.. Infect Control Hosp Epidemiol 2004 ; 25(3):210-5
Avant le nettoyage avec du savon, 86% des soignantes avec les ongles artificiels étaient porteurs de micro-organismes pathogènes (bacilles gram négatifs, Staphylococcus aureus, ou levures) Vs 35% témoins (P=0.003)
Une différence semblable a été notée avant la friction des mains avec le savon hydro-alcoolique (68% Faux ongles Vs 28% témoins) (P=0.03).
Davantage de soignantes porteuses d’ongles artificiels que de témoins étaient porteurs de micro-organismes pathogènes après hygiène des mains.
Ø  Ongles artificiels : 38% avec le gel hydro-alcoolique.
Ø  Témoins : 80% avec le gel hydro-alcoolique.

McNeil S, Foster C, Hedderwick S, Kauffman C.. Clin Infect Dis 2001 ;32(3):367-72.

1 commentaire: