TÉMOIGNAGE DE STÉPHANE E. ROY

NOUVEAU
Stéphane E. Roy a été l'invité de Denis Lévesque à LCN. Lors de son entrevue, on a présenté son clip sur le C.difficile et le clip d'ADVIN que j'ai réalisé avec Jean-François Hamelin. 
À voir en cliquant ici.

  

L’indignation de Stéphane Roy est parfaitement justifiée – depuis 10 ans le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et les hôpitaux ont mis en place mesures, procédures et comités. De nombreux rapports ont été publiés sur les infections auC.difficile ou autres infections nosocomiales, les contrôles, ainsi que sur la prévention, mais aucun n’a fait part de la souffrance des patients, de leur détresse et de celle de leur famille. C’est sur le terrain que la battaille contre le C.difficile et les autres infections nosocomiales se jouent en appliquant de simples mesures de précaution de base – hygiène des mains du personnel soignant, pas de bague, pas de faux ongles, pas d’uniformes qui sortent du lieu de travail, etc. Elles ne sont malheureusement pas appliquées avec toute la rigueur nécessaire pour combattre des bactéries de plus en plus dangereuses car résistantes aux antibiotiques. Les études démontrent que si les mesures de précaution de base étaient appliquées en tout temps et en tout lieu, les taux d’infections nosocomiales baisseraient d’au moins 50%.

Au Québec, chaque année,10% des patients hospitalisés vont contracter une de ces infections qui nuisent à sa santé voire à sa vie. Ces chiffres ne comptabilisent pas les patients en CHSLD. En France, Allemagne, Belgique, Suisse, les taux ont diminué à près de 5% grâce aux mesures mises en place depuis 10 ans. Pourquoi eux et pas nous? L’Association ADVIN réclame que les hôpitaux soient obligés à déclarer et à publier leur taux d’infections nosocomiales. Si les directeurs d’hôpitaux, le personnel soignant et les patients connaissaient le taux de ces infections dans l’établissement, il est certain que les choses bougeraient. Comme le dit la campagne de prévention des infections nosocomiales de la Montérégie, «Arrêtez de faire l’autruche». On va à l’hôpital pour se faire soigner, pas pour y contracter une infection. La devise des médecins est «surtout ne pas nuire». Chaque fois qu’ils ne se lavent pas les mains avant de toucher un patient ou chaque bague portée lors des soins sont des actes de négligence qui nuisent grandement à la sécurité de leur patient. Vous êtes tous invité-e-s à vous rendre sur ce site, actioncdifficile.com, et à signer la pétition qu'on y retrouve.

1 commentaire: